Articles liés au mot-clé ‘pollution’

14
Sep 10

On en parle de plus en plus, surtout aux États-Unis et au Canada. Petit rappel de ce que c’est avec des extraits pris sur le web.

C’est du gaz naturel, emprisonné depuis des dizaines de millions d’années dans la roche dite de schiste. Il est qualifié de « non conventionnel » parce qu’au contraire du gaz naturel mieux connu, qu’on trouve dans de vastes réservoirs, celui-ci est coincé dans les interstices de la roche, à des centaines de mètres de profondeur, et éparpillé dans des millions de petites bulles. Donc, très difficile à atteindre.

À la base, le principe semble simple : injecter, à très haute pression, des tonnes d’eau dans la couche de schiste, accompagnées de sable et de produits chimiques, afin de fracturer la roche (en anglais, fracking) et ainsi, en libérer le gaz. C’est cela que les progrès techniques permettent de réaliser à moindre coût.

Mais les inquiétudes viennent de la possibilité que, en fracturant la roche, une partie du gaz et des produits chimiques ne s’échappent pas juste par le puits du prospecteur, mais par une fuite dans le sous-sol, atteignant ainsi la nappe phréatique. C’est ce qui s’est produit en Pennsylvanie en 2008-2009 : puits contaminés, et une eau devenue impropre à la consommation en deux endroits. Un puits a même explosé en juin 2009, répandant du gaz et de l’eau contaminée pendant 16 heures.

Source : www.sciencepresse.qc.ca

Des analyses révèlent la présence de benzène, méthane et de nombreux produits toxiques, parfois dans des concentrations 1.500 fois supérieures aux normes de sécurité. Tellement que chez certains, l’eau du robinet devient inflammable. Dans ces voisinages, des animaux tombent malades et des habitants se plaignent de multiples problèmes de santé.

Source : www.mbetv.com

«Lancer un tel projet sans avoir fait au préalable toutes les analyses qui s’imposent, quant aux effets sur les écosystèmes, c’est scandaleux», a lancé en point de presse, jeudi, celui qui a été ministre du Développement durable dans le gouvernement Charest entre 2003 et 2006.

Source : www.cyberpresse.ca

Extrait du rapport « The future of natural gas » réalisé par le MIT Energy Initiative

L’industrie et les différents paliers de gouvernements doivent collaborer pour minimiser les impacts environnementaux par la recherche et la réglementation, et ce en toute transparence. Les schémas d’utilisation de l’eau et les composants utilisés dans les liquides de fracturation doivent être rendus publics.

Source : www2.lactualite.com

21
Juin 10

Un citoyen américain, Josh Fox reçoit un jour un courrier d’une compagnie gazière. On lui promet 100 000 $ et qu’on remarquera à peine sa présence. Intrigué, l’homme prend sa caméra et parcours les États-Unis, caméra au poing pour découvrir les dessous de cette nouvelle technique de forage : la fracturation hydraulique.

Cette plongée dans l’eldorado du gaz non conventionnel démontre les conséquences sur l’environnement de telles technique : nappes phréatiques polluées, animaux morts, eau du robinet inflammable !!

Regardez la bande annonce du film, sortit aujourd’hui.

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez même visitez le site du film.

10
Mai 10

Découvrez comment « les consommateurs européens vont donc à leur insu subventionner l’industrie et payer pour des réductions de CO² qui n’ont pas demandé d’efforts. Le risque existe aussi qu’ils supportent le coût des droits à polluer que ces entreprises recevront en échange de leurs investissements ou qu’elles devront acheter. »

Le rapport publié par l’organisation non gouvernementale britannique Sandbag qui s’appuie sur les données fournies par la société de conseils et d’informations Carbon Market Data spécialisée sur les marchés carbone ne laisse pas de doute quand à l’utilisation du marché du carbone mis en place dans l’Union Européenne.

graphique, rapport Sandbag, marché du carbone

Le rapport explique aussi que « sur les cinq années d’échanges sur les marchés carbone (de 2005 à 2010), nous estimons que ces dix entreprises ont accumulé 230 millions de tonnes de surplus en permis de polluer. »

On peut s’étonner de voir deux des entreprises les plus polluantes du monde, ArcelorMittal et Lafarge, en tête du palmarès. La dérive du système s’explique par sa genèse : dès le départ la France à voulu « protéger » ses industries et à donc augmenter les quotas de certains secteurs. Mais il y a « protéger » et « inciter à la pollution ». Ainsi Peugeot a accumulé de futurs « droits à polluer » 2,5 fois plus importants que ses propres émissions de CO2 !

Le secteur de l’énergie par contre à reçu de très faible quotas. Les énergéticiens comme EDF et GDF-Suez ont donc dus réduire leurs émissions en investissant dans les énergies renouvelables ou, et c’est là où le bas blesse,  en achetant des droits à polluer à ceux-là même qui n’ont rien fait pour les obtenir.

On est donc dans le paradoxe pervers ou un système conçu au départ pour inciter les industries à faire des efforts se trouve détourné par des lobbyistes qui spéculent même sur leurs droits à polluer. On comprend pourquoi ils ne veulent pas de la taxe carbone… à priori il n’y a pas moyen de se faire de l’argent dessus !

Les experts de la Toulouse School of Economics (TSE) décryptent en vidéo pour La Tribune la nouvelle fiscalité écologique. Découvrez dans ces vidéos pourquoi il faut une taxe carbone ?.

Sources :

23
Déc 99

Comme beaucoup, j’ai été frappé par les images de ce pétrolier géant qui s’est ouvert en deux. L’Erika s’est naufragé au large de Penmarc’h le 12 décembre. La mer était mauvaise, des vents de force 8 à 9 et des creux de 6 mètres. Si le bâtiment avait été en bon état, il aurait eu ses chances, avec une épave… Étant un ancien marin, je suis écœuré.

[Mise à jour 2000] J’étais dans le Morbihan et le Finistère cet été, on voyait encore de grosses galettes de fioul. Cette saloperie s’accroche aux rochers et à tout ce qui passe : oiseaux, tortues, coquillages…

[Mise à jour 2001] Il est estimé le nombre d’oiseaux morts entre 150 000 et 300 000.

[Mise à jour 2004] J’ai trouvé un récit du premier pilote d’hélicoptère et du capitaine du remorqueur sur NetMarine

Qui suis-je ?

guillaume-nicolas meyer

Bienvenue sur mon blog. Je m'appelle Guillaume-Nicolas Meyer, j'ai 44 ans, je suis marié, papa de quatre enfants, et je suis un Knowledge Manager curieux et polymathe. Manager en Ressources Humaines, je suis également chercheur en sciences humaines et sociales, et doctorant en sciences de gestion. Je m'intéresse également aux sciences cognitives et à l'environnement. Après la région parisienne, la Bretagne et l'Alsace, je suis actuellement basé en Poitou-Charentes, France.

Curriculum Vitae

CV de Guillaume-Nicolas Meyer

Guillaume-Nicolas Meyer QR Code

Khan Academy Ambassador

Dernières publications



Mémoire de recherche sur l'évaluation de l'information sur le web

Mon dicton du moment

"Ceux qui sont pleins de certitudes devraient avoir un doute..."

Le journal des SIC vient de paraître

Plus de 500 tweets et retweets en 1 an !