Articles liés au mot-clé ‘ego-document’

17
Avr 15

traces dans la neige

Pour répondre à la question « qu’est-ce qu’un ego-document », il convient, certes, d’en établir une définition à partir de ses deux composantes pour tenter de définir un champ de recherche, mais surtout, à mon sens, d’en identifier les intentions initiales et la portée prévue par l’auteur. En effet, qu’a-t-on dit lorsque l’on combine la définition du « document » du dictionnaire de la langue française d’Émile Littré « Chose qui enseigne ou renseigne » et celle « d’ego » du dictionnaire Larousse « Nom donné au moi conçu comme ‘sujet personnel’ » ?

Un plan en 4 articles

Plutôt que de vous proposer des prolégomènes sur le document et sur l’ego, mon parti pris est d’inclure dans le périmètre de l’ego-document, aussi bien les documents écrits par soi que les documents écrits à propos de soi. Dans mon champ de recherche, l’autobiographie ne peut en effet pas s’opposer à la biographie puisqu’il s’agit bien de choses qui enseignent ou renseignent sur le moi comme sujet personnel.

Après cet article, qui sert d’intro et de teasing, je vais publier à partir de lundi prochain un article par jour et finir par ma conclusion. Ce sera mon ego-document de la semaine, publié sur un blog (un ego-document) dont le nom de domaine est une orthèse cognitive.

Dans ce premier article je vais tenter de définir l’ego-document à partir de ce qu’il n’est pas. A partir du rôle social des documents qui renseignent sur un individu, je tâcherais de comprendre dans quelle mesure les documents produits par l’autre, peuvent réellement nous renseigner sur le moi de quelqu’un, qu’il s’agisse d’une commande ou d’une initiative de « l’autre ».

Bien que les ego-document aient toujours existé, les traces des mains sur les murs de la grotte de Lascaux en sont une preuve tangible, il y a un moment ou l’intention de la production de l’ego-document a changé. D’un document à valeur et portée historique ou théologique, l’ego-document s’est transformé avec les Confessions de Rousseau en hymne à la subjectivité individualiste. Ce deuxième article est consacrée à la compréhension de cette bascule.

Je m’intéresserais, dans ce troisième article, aux documents produits par soi avec deux finalités possibles : ceux écrits pour soi et ceux écrit pour les autres. Cette partie traitera exclusivement des documents écrits et plus particulièrement des écrits du for intérieur, notamment les journaux intimes et les correspondances.

Enfin, dans ce quatrième article, je vais étudier la place des ego-documents dans nos sociétés à l’heure du numérique. Ont-ils toujours le même rôle social ou bien sont-ils devenus, par effet de mode ou par mutations des technologies, des orthèses cognitives ?

Qui suis-je ?

guillaume-nicolas meyer

Bienvenue sur mon blog. Je m'appelle Guillaume-Nicolas Meyer, j'ai 42 ans, je suis marié, papa de quatre enfants, et je suis un Knowledge Manager curieux et polymathe . Chercheur en sciences humaines et sociales, doctorant en sciences de gestion, je m'intéresse également aux sciences cognitives et à l'environnement. Après la région parisienne, la Bretagne et l'Alsace, je suis actuellement basé en Poitou-Charentes, France.

Curriculum Vitae

CV de Guillaume-Nicolas Meyer

Guillaume-Nicolas Meyer QR Code

Khan Academy Ambassador

Dernières publications



Mémoire de recherche sur l'évaluation de l'information sur le web

Mon dicton du moment

"Ceux qui sont pleins de certitudes devraient avoir un doute..."

Le journal des SIC vient de paraître

Plus de 500 tweets et retweets en 1 an !