11
décembre 2009

Ours blancs…

J’ai lu beaucoup d’articles sur la récente crise du Climate Gate, ce fameux scandale sans importance, et sur les retombées possibles du degré de confiance par l’opinion publique des propos des scientifiques… mais pour moi c’est l’arbre qui cache la forêt (celle que l’on a pas encore brûlée ou coupée).

Franchement, qu’est-ce qu’on en a à faire de la notoriété du GIEC ? Est-ce que le plus important c’est d’être sur que la température du globe augmente à cause des activités humaines ?

NON !!!

Le plus important c’est de réagir face à nos activités qui sont polluantes, dégradantes sur le long terme et qui menacent concrètement une partie de la planète.

Quand bien même nos activités ne produiraient pas directement d’augmentation de la température, elles polluent de toutes façons nos sols, nos nappes phréatiques, notre air. La déforestation à tout va, les économies de famine que l’on a mis en place on un impact visible, mesurable et indécent, alors plutôt que de s’interroger sur comment on va faire pour baisser nos émissions de GES, de CO², comment on va emprisonner notre carbone, mobilisons nous sur nos activités polluantes, parce que de toute façon elles ont un impact, et on le sait !

Qu’on arrête de vouloir sauver les ours blancs et qu’on recentre le débat sur nos sols, nos eaux, notre air, nos lignes à haute tension, nos pesticides, nos aliments, nos consommations, nos modes de déplacement… au final, les ours blancs apprécieront.

A propos du sommet de Copenhague

Je ne crois en aucune façon qu’il s’agisse d’une perte de temps. Que ce soit une perte d’argent parce que les dépenses ne sont pas forcément décentes par rapport à ce que vivent certains pays et que l’empreinte écologique de ce sommet soit particulièrement élevé est autre chose.

Je reste convaincu que ce sommet va servir à quelque choses, même si les fruits ne seront pas visibles et mesurables tout de suite. C’est important de mettre les gens autour d’une table quand on ébauche que la seule solution viable est de bouleverser les modèles économiques de toutes nos sociétés.

Évidemment que ça ne se fera pas en un jour. Par contre, et c’est là où j’en appelle à l’insurrection des consciences, nous (particuliers, petites entreprises) pouvons changer des choses en un jour (ou un tout petit peu plus).

L’effet de masse peut induire des changements très rapides ou très lents et très durables. Si du jour au lendemain, plus personne n’achetait en France de fraise ou de tomates en hiver, vous imaginez de combien de CO² (pour ne pas parler des consommations énergétiques et d’engrais et de pollutions) on économiserait ?
Et ce ne sont pas les multinationales qui consomment des fraises et des tomates… c’est nous ! On peut faire le parallèle avec beaucoup de choses : jouets en plastique fabriqués en Asie, table de jardin en bois exotique, vêtements, bien de consommation, nourriture, etc…

Merci de vos échanges.

Cet article a été écrit sur la base de plusieurs échanges commencés sur le hub Viadeo Spécial Sommet de Cophenhague

Qui suis-je ?

guillaume-nicolas meyer

Bienvenue sur mon blog. Je m'appelle Guillaume-Nicolas Meyer, j'ai 42 ans, je suis marié, papa de quatre enfants, et je suis un Knowledge Manager curieux et polymathe . Chercheur en sciences humaines et sociales, doctorant en sciences de gestion, je m'intéresse également aux sciences cognitives et à l'environnement. Après la région parisienne, la Bretagne et l'Alsace, je suis actuellement basé en Poitou-Charentes, France.

Curriculum Vitae

CV de Guillaume-Nicolas Meyer

Guillaume-Nicolas Meyer QR Code

Khan Academy Ambassador

Dernières publications



Mémoire de recherche sur l'évaluation de l'information sur le web

Mon dicton du moment

"Ceux qui sont pleins de certitudes devraient avoir un doute..."

Le journal des SIC vient de paraître

Plus de 500 tweets et retweets en 1 an !