19
août 2011

« De minimis non curat praetor »… ou pas ?

Comment et quoi choisir quand on est veilleur ?

Nous avons tous un temps d’attention limité pourtant, en tant que veilleur, nous sommes tentés de vouloir tout lire pour que rien ne nous échappe. Tous les veilleurs ont du vivre cette scène : quelqu’un arrive dans votre bureau en brandissant une actualité fièrement « tu l’avais pas vu ? » Comme si c’était une faute grave de ne pas avoir pris connaissance de tous les articles de la planète à un instant T.

Alors oui, parfois les veilleurs veulent tout lire. Parfois aussi, les veilleurs ne savent pas décrocher 😉

Bref, un travail quotidien consiste à réaliser des arbitrages sur le flot de données remontées par nos systèmes sociaux-techniques de plus en plus évolués et complexes mais toujours aussi imparfaits.

On en arrive à la curation… c’est un peu la curée après avoir débusqué l’information. Donc, curator, veilleur ou e-documentaliste, vous allez choisir. Qu’il s’agisse d’un choix très restreint pour un public élitiste (direction, manager) ou d’une diffusion massive, nous ne ferons pas les mêmes choix, tout simplement parce qu’il n’y a pas les mêmes enjeux.

« De minimis non curat praetor » ou pas…

Une règle couramment employée par les veilleurs pour décréter qu’une information mérite d’être relayée, surtout s’ils ne sont pas experts sur un sujets, est la redondance. Je simplifie, mais bon, en gros « si l’info apparaît X fois, alors c’est qu’elle est importante ». On peut s’arrêter sur le choix des mots, on peut être choquer, mais la vérité est là.

Si on a « croisé » plusieurs fois la même infos, on sera plus tenté de la lire. Notre cerveau va vite lui coller un petit tag « déjà vu » et zou, c’est trop tard, dans le jeu des neurones, il y a quelque chose qui fait qu’on sera curieux de cette info… jusqu’à ce qu’on la lise.

Le risque est de s’arrêter là, de ne prêter attention qu’aux informations les plus « bruyantes ». Alors ne faites pas comme le praetor romain, intéressez-vous aux informations de « petites » importances, il y a peut être un lièvre dessous.

Ses autorités cognitives

C’est ici qu’interviennent nos autorités cognitives. Ce sont elles qui vont déterminer quel « poids » et quelle crédibilité on accorde à telle ou telle information. La composition des facteurs qui composent la construction de ses autorités informationnelles ou autorités cognitives, varie d’un auteur à l’autre (Evelyne Broudoux, Alexandre Serres), mais l’idée principale reste la même : c’est un mix entre la source (comment on le qualifie personnellement et comment la société le qualifie), l’auteur (quel niveau de crédibilité je lui accord, quel niveau de crédibilité les autres lui accorde) et le contenu. Oui le contenu, car même si vous n’y connaissez rien sur un sujet, le style d’écriture, la composition des éléments symboliques et sémantique ont une influence sur votre jugement.

Comments

« De minimis non curat praetor »… ou pas ? | Guillaume-Nicolas MEYER | Veille documentaire | Scoop.it 25-08-2011, 11:02

[…] « De minimis non curat praetor »… ou pas ? | Guillaume-Nicolas MEYER On en arrive à la curation… c'est un peu la curée après avoir débusqué l'information. Donc, curator, veilleur ou e-documentaliste, vous allez choisir. Qu'il s'agisse d'un choix très restreint pour un public élitiste … Source: http://www.guillaume-nicolas-meyer.fr […]

Reply

Qui suis-je ?

guillaume-nicolas meyer

Bienvenue sur mon blog. Je m'appelle Guillaume-Nicolas Meyer, j'ai 42 ans, je suis marié, papa de quatre enfants, et je suis un Knowledge Manager curieux et polymathe . Chercheur en sciences humaines et sociales, doctorant en sciences de gestion, je m'intéresse également aux sciences cognitives et à l'environnement. Après la région parisienne, la Bretagne et l'Alsace, je suis actuellement basé en Poitou-Charentes, France.

Curriculum Vitae

CV de Guillaume-Nicolas Meyer

Guillaume-Nicolas Meyer QR Code

Khan Academy Ambassador

Dernières publications



Mémoire de recherche sur l'évaluation de l'information sur le web

Mon dicton du moment

"Ceux qui sont pleins de certitudes devraient avoir un doute..."

Le journal des SIC vient de paraître

Plus de 500 tweets et retweets en 1 an !